06.10
Wed
Des cercles de solitude

Dans sa solitude chacun se renferme.
Seul et égoïste.
Triste et orgueilleux.
Dans sa solitude chacun se renferme.
Seul et Triste.
Orgueilleux et égoïste.
Dans sa solitude...
L'esprit tourne en rond dans son crâne,
Son refuge est sa prison.
Je tourne en rond, je tourne.
Jamais nos cercles ne se croisent.
Tous à contre-temps ou chacun son tempo, c'est la même chose,
A chacun sa solitude à son propre rythme.
Des cercles égotiques plus ou moins larges... qu'importe le fond, sa forme ne change pas.
Rond.
Ses effets sur nous sont les mêmes.
Seul.
Ensemble, tournons en rond seuls.
Pourquoi continuer ainsi?
On sait bien où tourner en rond nous mène...
A nouveau au point de départ et pourtant, c'est incessant, banal, tellement habituel.
Le rond ça me connaît, au moins il n'y a pas de surprises!
Combien de boucles de ma vie ai-je ainsi noué?
Mais justement, des surprises il en faut à nos esprits alambiqués,
De l'inconnu, du danger, des craintes, des risques, des espoirs, des désirs, des rêves!
Tracer la route droit et quitter son chez soi concentrique.
Chacun choisit sa forme géométrique et chaque esprit abstrait devient original.
En brisant nos cercles de solitude en variant notre style de chemin et nos tempo de vie,
Peut-être nous croiserons nous enfin?
comment 9 trackback 0
Rétrolien URL
http://patatox.blog.fc2.com/tb.php/35-fe645eca
Rétrolien:
Commentaire:
La solitude fait vraiment partie des maux de notre société
Tant de cercles qui ne demandent qu'à se rencontrer
Et d'un autre côté,
Il faut pouvoir garder ses moments de tranquillité
Que c'est compliqué !
Kea | 2015.06.13 19:57 | Modifier
Oui je suis bien d'accord avec toi. C'est vrai que c'est bon de se retrouver seul pour la tranquillité, pour réfléchir et être créatif mais je pense que c'est d'autant plus vrai que justement aujourd'hui quand on est avec les autres, c'est... comment dire, c'est très impersonnel, c'est froid, c'est "convenable" on est comme il faut être et on dit ce qui se dit.
En fait tu vois j'ai toujours pensé que les moments où l'on se sent le plus seul c'est justement quand on est parmi des gens que l'on côtoie au quotidien mais avec lesquels on n'a pas l'impression de partager quoi que ce soit. Alors que quand tu est véritablement seule, physiquement quoi, c'est à dire sans personne autour et bien tu ne te "sens" pas seule. Comme quand on es seul dans la nature et que l'on pense à pleins de choses ou même à rien... on se sent comblé là alors qu'en étant seul parmi les autres on se sent vide. Enfin je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire, mais en tout cas c'est ce que je pense. Et tu as bien raison de dire que c'est surtout un problème contemporain de notre société : on n'a plus de vie "ensemble" enfin je pense que c'est le cas en majorité. On bouge tout le temps, on change d'amis, de ville, on zappe on survole, on rencontre des tas de gens mais en passant. Avant il y avait moins de médiation, moins de monde, les gens étaient plus sédentaire et il y avait des villages où les gens connaissaient, moins de stress, plus de temps, une vie plus "pauvre" et plus simple. J'dis pas que tout était mieux, mais au moins on devait se sentir moins seule parmi la multitude...
Oxalis | 2015.06.13 22:19 | Modifier
Je crois comprendre ton ressenti oui, quand je suis dans une foule ou même en famille je me sens seule. Est-ce normal ? J'ai remarqué que les sujets de conversations y sont pour beaucoup, comme exemple je ne suis capable que de citer ma vie (alors désolée je vais blablater sur moi XD) mais étant la plus jeune de ma famille, n'étant pas encore "casée" je me sens exclue des conversations : boulot, bébé, maison à gérer... Bizarrement, personne ne parle de ses passions, ni mes frères, ni mes cousines, qui ne souhaitent pas jouer a un jeu de société lors des fêtes, pour eux ça fait trop "gamin", et la soirée se termine avec une exhibition interminable de photos en tout genre sur téléphones portables. je trouve ça d'un ennui et d'un nombrilisme ; faut dire que j'ai pas un caractère facile.

J'ai remarqué le même "problème" dans certains groupes, c'est comme si devenir "adulte" nous empêchait de parler d'autre chose que de cul et de travail. Ou bien c'est moi qui ne sait pas m'amuser et qui suis complètement associale et immature ; ce qui n'est pas impossible, j'ai horreur des "teufs".

Sinon j'ai quand même quelques vrais amis, avec qui je me sens entière, avec qui je peux parler de tout et n'importe quoi ; des conversations constructives avec un réel échange ; avec qui je peux garder de longs silences complices...

Mais être la plupart du temps physiquement seule dans ma chambre, c'est un réel besoin, comme tu dis, on se sent "comblé". Et niveau créativité aussi, quand je dessine je suis en balade dans mon jardin secret. Ça doit être encore plus agréable dans la nature, mais je n'ose pas me promener seule, j'ai "peur du regard des autres" si je marche en solitaire jusqu'à la forêt.


"Si vous vous sentez seul quand vous êtes seul, vous êtes en mauvaise compagnie." Jean-Paul Sartre


Quand tu dis qu'une vie plus pauvre, plus sédentaire, favorisait plus la communication, c'est pas faux, il n'y avait pas toutes les technologies de maintenant et les gens créaient sûrement de vrais liens entre eux à force de partager des moments, bon ou mauvais ensembles.


> Hey! bien fait le soleil! La promenade en nature devait être bien ça a l'air super beau là où vous êtes allés, ça donne envie.

>> Merci !! Oui le Sundgau est très vert, Heidwiller est assez proche de chez moi donc on y va facilement à pied. Quand je marche d'un village à un autre je m'imagine à chaque fois comme ça devait être à l'époque ou les voitures n'existaient pas... C'est drôle...
Kea | 2015.06.14 00:13 | Modifier
Je crois que toi et moi on est un peu pareil =)
Heureusement comme tu dis qu'il y a quelques vrais bon amis, avec lesquels on peut rester naturel et se comprendre simplement, même sans rien dire (j'pense d'ailleurs que c'est CA vraiment qui montre à quel point on est à l'aise avec la personne, quand on est capable de rester ensemble sans parler, comme si on partageait juste un même pensée unique de se sentir bien comme ça ensemble et de vouloir en profiter sans paroles futiles). Mais ce n'est pas toujours évident de les garder, parfois le temps et la distance font qu'on les perd un peu plus chaque jour et ce n'est pas toujours évident justement de rester avec eux et de garder le contact parce que souvent les chemins se séparent, on va dans des "milieux sociaux" différents, des villes différentes et on soi-même change aussi. J'te souhaite de pouvoir rester avec tes bons amis tout le temps! =D
Et faut que tu vainques ta peur d'aller te promener seule en forêt, parce que c'est vraiment une expérience agréable! Tu sais le regards des autres... si on y prêtait attention on ne ferait jamais rien et il faudrait s'excuser d'exister!
Oxalis | 2015.06.14 14:28 | Modifier
Yep, mais au fond si ce sont de vrais amis je pense qu'on trouve toujours le moyen de les voir régulièrement et qu'on arrive à rester en contact ! (si Internet existe je pense que ça devrait être en partie pour cela)

Pour ma peur je sais, je devrais oser et sortir de mon cocon, je dois faire plus d'efforts. T^T


Et pour répondre à ton comm (tkt ça fait rien si c'était sur l'article précédent XD), je n'y avais pas pensé que tout le confort électronique de maintenant pourrait être une compensation... Mais c'est vrai, après tout, dans le temps on mangeait quand même mieux, il n'y avait pas tous ces pesticides et autres cochonneries qu'on connaît dans notre assiette. Les routes n'étaient pas bétonnées ; c'est tellement effrayant de regarder par la fenêtre et de constater que la plupart des routes sont consacrées à la sacro-sainte voiture.

En effet c'est la manière dont on évolue encore maintenant qui est aberrante, mais quand tu parles d'immeubles, la je pense qu'on a pas vraiment le choix avec l'augmentation constante de la population qui est due en grande partie aux progrès de la médecine ; ma mamy me rappelle souvent que si le vaccin contre le tétanos n'avait pas existé, elle serait morte petite.

Et sinon avec les fourmis, je suis pire, il m'est arrivé d'en prendre une entre les doigts et la déposer dans une toile d'araignée juste par curiosité, ou bien de détruire en partie une fourmilière pour les voir toutes s'affoler et être émerveillée par leur vitesse de reconstruction. :3 <- la nature humaine
Kea | 2015.06.14 15:18 | Modifier
Les villes sont mal pensées oui, je suis de la campagne donc je ne sais pas trop... Mais j'ai vu un documentaire très intéressant une fois sr Arte. Ça parlait des gens qui vivent illégalement sur les toits des immeubles au Caire. Ils disaient qu'au moins là haut, où tu les voyais carrément élever des chèvres et des poules comme à la ferme, ils profitaient de la vue du ciel et échappaient à la pollution... Je trouvais ça étrangement magnifique comme manière de penser.

Et t'inquiètes, si tu regardes la page "Espèce envahissante" de Wikipédia, homo sapiens en fait partie (c'est drôle je suis tombée sur cette page hier en me renseignant sur les papillons X)).

Tout à fait d'accord pour réguler les naissances, après comme je n'ai jamais voulu de gosses je ne sais pas ce qu'il se passe dans la tête de ceux qui en veulent 10... Quoique j'ai des exemples dans mon entourage qui "programment" d'en avoir pour obtenir des alloc's, avoir un enfant pour le fric !

"Sélection artificielle", c'est totalement ça !
Kea | 2015.06.14 16:27 | Modifier
Mon rapport avec la solitude est chaotique... Menaces, folies, monstres, lames froides dans le bas-ventre, obscurités mouvantes et glaciales, ricanements, hurlements...
Il n'y a pas de cercle, pas d'issue. Une chute interminable dans un puits souvent vertical, parfois horizontal...
Il n'y a personne à proximité, personne qui veuillent s'approcher... Les mains qui surgissent me repoussent, me frappent, m'humilient...
Il n'y a pas de paix dans ma solitude, pas de repos... Une lancinante torture vouée à me déchiqueter corps et âme...
Il n'y a aucune possibilité de croiser une autre solitude, puisque qu'en c qui me concerne, je ne suis pas dans un cercle. Exclusivité de damné...
kakushiken | 2016.07.11 23:10 | Modifier
> Mon rapport avec la solitude est chaotique... Menaces, folies, monstres, lames froides dans le bas-ventre, obscurités mouvantes et glaciales, ricanements, hurlements...
> Il n'y a pas de cercle, pas d'issue. Une chute interminable dans un puits souvent vertical, parfois horizontal...
> Il n'y a personne à proximité, personne qui veuillent s'approcher... Les mains qui surgissent me repoussent, me frappent, m'humilient...
> Il n'y a pas de paix dans ma solitude, pas de repos... Une lancinante torture vouée à me déchiqueter corps et âme...
> Il n'y a aucune possibilité de croiser une autre solitude, puisque qu'en c qui me concerne, je ne suis pas dans un cercle. Exclusivité de damné...


Allons, allons, ne perdez pas espoir! Ne laissez pas vos démons vous dévorer, pour l'amour de vous, de ce que vous aimez et de ceux qui vous aiment! Ne laissez pas votre solitude vous dévorer, vous envahir, vous vaincre. La fatalité n'est qu'une vision, une invention d'échec incontournable imaginaire. Vous même aviez fait un article sur l'échec il y a peu de temps. Un homme à terre ne peut tomber plus bas, il n'a que deux option, rester à terre, ou se relever! S'il reste à terre, ses muscles s’atrophient, il s'enlise. S'il se relève, il reprend la main sur son corps, sur sa vie, sur son avenir, l'espoir renaît dans son action combative. La vie est parfois une lutte contre nous même, contre les autres... mais quand on est déterminé à gagner, quand on se convainc que l'on en est capable, tout devient plus facile, et le combat se transforme en entrainement.
Oxalis | 2016.07.12 10:57 | Modifier
Une belle leçon d'un maître à un élève. Merci "sensei" !
;-)
Ceci pour expliquer qu'il n'y a pas d'attente dans ma solitude, juste un combat. Il n'y a pas de fatalité, juste un combat. Pas de victoire ni de défaite, juste le combat...
Belle journée à vous (trop chaud dans le Var, je me planque à l'ombre)...
Kakushiken | 2016.07.12 12:06 | Modifier
Afficher ce message uniquement à l'administrateur
 
back-to-top